dessin du jeudi


Commentaires

  1. Est-il besoin de dire que j'adooooore ?
    Quand je dépasse l'impression globale, toujours fabuleuse, et que j'analyse le détail, je fais à chaque fois le même constat : c'est n'importe quoi. Comme est "n'importe quoi" un dessin de Reiser ou une toile de Pissarro vus de près. Et le miracle, c'est que ce "n'importe quoi" fait à chaque fois jaillir un sentiment profond de beauté dans la plénitude et de plénitude dans la beauté. Ça a l'air emphatique, comme ça. Mais c'est ÇA le talent. Bravo Marine <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime le grand n'importe quoi vu par toi , marc

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés